LA CRISE Index du Forum LA CRISE
Les sujets de la crise en débat.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion

Que croire, et qui croire?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA CRISE Index du Forum -> LA CRISE -> Répercutions en France.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Floriumax


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 27
Localisation: quelque part?

MessagePosté le: Lun 2 Fév - 16:05 (2009)    Sujet du message: Que croire, et qui croire? Répondre en citant

L'Assemblée nationale a rejeté, sans surprise, la motion de censure socialiste contre "l'inaction économique" du gouvernement Fillon face à la crise et "les menaces sur les libertés individuelles".
 
La motion n'a recueilli que 231 voix, soit 58 de moins que la majorité requise (289) pour être adoptée. Toute la gauche a voté cette motion, ainsi que le président du MoDem François Bayrou.
 
Défendue au titre de l'article 49-2 de la Constitution, cette motion était la première depuis l'arrivée à la tête du PS de Martine Aubry, qui n'est pas elle-même députée, et la deuxième contre le gouvernement de François Fillon, après celle d'avril 2008.
 
François Bayrou, président du Mouvement Démocrate (MoDem), a décidé de voter la motion de censure contre "l'inaction" économique du gouvernement Fillon face à la crise et "les menaces sur les libertés individuelles", défendue à l'Assemblée nationale par le PS.
 
L'ex-candidat à la présidentielle, qui n'avait pas voté la première motion de censure contre M. Fillon en avril 2008, a justifié sa décision par la nécessité de lancer une "alarme" contre la "mise à mal" de l'indépendance de la justice, des médias et du Parlement.
  

"Cela atteint des limites qui ne sont pas acceptables", a déclaré dans les couloirs de l'Assemblée M. Bayrou, dont la décision a eu un fort retentissement médiatique alors que, n'ayant pas le nombre de députés nécessaires pour constituer un groupe, il est privé de temps de parole dans l'hémicycle.
 
"Il y a des moments et des situations où il faut dire haut et fort que ça ne va pas", explique dans le journal Le Monde M. Bayrou, dénonçant "un président de la République qui transgresse tous les jours les principes de la séparation des pouvoirs".
 
Le député des Pyrénées-Atlantiques précise qu'il ressent toutefois "des différences avec le texte déposé par le PS".
 
Ce soutien est principalement symbolique : malgré le renfort de M. Bayrou et des deux autres députés MoDem, la gauche n'a aucune chance de renverser le gouvernement Fillon, soutenu par une confortable majorité à l'Assemblée.
Mais ce vote est une nouvelle marque de l'opposition du leader centriste à la politique menée par Nicolas Sarkozy. Il avait proposé sans succès en décembre que le PS dépose une motion de censure contre le projet de réforme de l'audiovisuel public, ne disposant pas des députés nécessaires pour le faire lui-même.
 
En mai 2006, un an avant l'élection présidentielle, M. Bayrou avait voté une motion de censure contre le gouvernement Villepin, liée à l'affaire Clearstream, marquant sa rupture avec la majorité dont sa formation, l'UDF, faisait jusque-là partie.
 
La première secrétaire du PS, Martine Aubry, s'est réjouie de la décision de M. Bayrou. "Nous avons dit souvent qu'avec le MoDem, nous savions ce qu'il dénonçait, nous ne savions pas ce qu'il voulait. Aujourd'hui, il s'engage sur des propositions qu'il juge crédibles pour notre pays", a-t-elle commenté.
 
A droite en revanche, le chef de file des députés UMP Jean-François Copé a répondu par l'ironie. Pour lui, M. Bayrou veut ainsi "essayer de faire oublier ses idées de droite".
 
Quant aux ex-UDF aujourd'hui membres du Nouveau Centre (allié de l'UMP), ils y ont vu une nouvelle preuve que François Bayrou est engagé "dans une stratégie d'alliance avec les socialistes". "Il se voit un avenir politique dans l'échec de la France", a asséné leur chef de file François Sauvadet.


En somme, nous ne pouvons pas vraiment donner un avis quand aux intentions de monsieur Bayrou qui, rappelons-le, est un centriste de droite.
Par contre, il est clair que les décisions politiques ne pourront pas être correctement votés en fonction des droits de l'homme si la plus grande partie de l'Assemblée Nationale est de droite pendant la présidence de monsieur Nicolas Sarkozy.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 2 Fév - 16:05 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA CRISE Index du Forum -> LA CRISE -> Répercutions en France. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
-- Theme by ShadyNeighbor - EQ graphic from www.freeclipart.nu/ --
Theme Converted for phpBB2.0.4 by phpBB2.deTraduction par : phpBB-fr.com